les animaux aquatiques

Tous les modes de reproduction existent dans l'eau

Les modes de reproduction des animaux aquatiques sont variés

des alevins de Ramirezi témoignent d'un mode de reproduction simple La reproduction s'opère presque toujours par fécondation externe des œufs. Mais, chez certains poissons, la fécondation est interne, phénomène que l'on observe chez la plupart des Sélaciens tels que chez les requins marins, les raies et autres poissons cartilagineux, mais aussi chez quelques poissons osseux (les poélicidés comme le Guppy, la Gambusie, etc.). Les sexes sont généralement séparés, mais l'on observe aussi des cas d'hermaphrodisme (par exemple chez les Serrans ou Perches de mer), ou d'inversion sexuelle avec l'âge : ce dernier phénomène, qui se manifeste chez la Daurade, est bien plus répandu qu'on ne l'a cru. Dans de nombreux cas, le mâle se distingue de la femelle par la taille, la couleur, la forme des nageoires, d'où un dimorphisme sexuel qui peut être très accentué. Certains poissons se reproduisent toute l'année, d'autres à des époques bien déterminées (principalement au printemps et en été). Liées à cette fonction, on assiste souvent à d'importantes migrations, accompagnées de manifestations physiologiques (et morphologiques) intéressantes et d'origine hormonale ou avec des bactéries.

Les Requins et autres Sélaciens pondent des oeufs volumineux et relativement peu nombreux, riches en réserves nutritives (vitellus) destinées à l'embryon en cours de développement; dans certains cas, ce matériel nutritif est reçu par le sang maternel et il y a formation de placenta (ex. certaines espèces de Chiens de mer). Par contre, les autres poissons, à de rares exceptions près, pondent une quantité innombrable d'oeufs minuscules (1 200 000 chez le Turbot!) et, selon les espèces, ces oeufs flottent librement dans l'eau, ou se déposent sur le fond, ou encore se collent aux herbes aquatiques, aux coquillages, etc. La durée de l'incubation est variable, et le développement post-embryonnaire peut s'accompagner d'étranges métamorphoses. Ainsi, les larves de l'Anguille, transparentes et rubanées, de celles qu'on appelle leptocéphales, sont très caractéristiques, comme celles de la Sole ou du poisson-lune. Les alevins de poissons-chats Corydoras sont, en revanche, dans le schéma classique du mode ovipare. Mais on peut surtout s'inspirer d'un protocole de reproduction Corydoras pour ces petits poissons si populaires.

Beaucoup de poissons prennent soin de leur progéniture, le mâle de l'Epinoche, par exemple, construit un véritable nid. Certains petits poissons du littoral déposent leurs oeufs à l'intérieur de coquillages vides, et le mâle de l'Hippocampe, comme Hippocampus kuda, abrite les siens dans une poche ventrale. D'autres poissons de lacs ou de mer les gardent dans leur bouche (par exemple, Pterapogon kauderni dans le milieu marin), cessant ainsi de se nourrir. Enfin, certains construisent des nids de bulles à l'instar de Colisa lalia ou le poisson combattant.

Les poissons sont des vertébrés à croissance indéfinie, celle-ci se poursuivant, bien que de plus en plus lentement, même après la maturité sexuelle. Les facteurs externes qui conditionnent leur existence - comme la température et la salinité - ont une influence capitale sur leur consommation alimentaire, et donc sur la croissance. La vitesse de croissance d'un individu peut être évaluée grâce à l'observation des lignes concentriques qui existent par exemple sur les écailles, (et qui correspondent à la croissance annuelle). Généralement, le mâle parvient avant la femelle à sa maturité sexuelle.

La longévité des poissons est très variable. Certaines espèces, de petite taille, ne vivent pas plus d'un an. Le Pagel de Méditerranée en est l'exemple le plus connu, tandis que d'autres poissons dépassent 50 ans (ex. le Brochet, l'Esturgeon). Des poissons très communs en aquarium d'eau douce, comme les poisson d'Amérique du Sud du groupe Tétras avec le célèbre Néon, ou le Cardinalis, etc., vivent en moyenne de 2 à 4 ans. De même, des petits poissons vivipares comme les Guppys et leur congénère Endler ont une durée de vie courte, environ 18 mois à 2 ans.

L'hybridation, assez fréquente, constitue un phénomène intéressant. Les hybrides présentent, la plupart du temps, un aspect intermédiaire entre ceux des espèces progénitrices (qui parfois appartiennent à des genres différents : ainsi la Carpe et le Carassin). Certains sont stériles, d'autres féconds, et les individus de l'un ou l'autre sexe peuvent l'emporter en nombre sur l'autre. Tout ce qui concerne la reproduction, la croissance et l'hybridation a une importance particulière dans le cas des poissons d'aquarium.

Le mode de vie et de reproduction des crevettes aquarium est également à décrire.